Turks and Caicos

Puerto Rico

Carnet de bord de Gaétan

Janvier à mars 2015



Contrairement au carnet principal, les archives se lisent de haut en bas...

Janvier 2015 : Turks and Caicos (UK)

4 janvier

Je viens d’apprendre, par maman, que nous allons bientôt faire une triple journée de traversée! Ce qui veut dire que nous allons naviguer pendant trois jours sans nous arrêter, le jour comme la nuit! Je frémis déjà en pensant à tout le mal de mer que je vais avoir, mais j’attends avec impatience tous les films qu’on va regarder.

6 janvier

Nous venons d’arriver à la plage et je prends la balle de soccer avant que Sylvain ne la prenne pour faire la promenade. Je la lance sur la grosse dune et j’attends qu’elle revienne pour la frapper. Oups! Elle est allée en haut de la dune! Vite, je dois y aller avant qu’elle aille dans les herbes! Oh! C’est tout plat, contrairement à la plage.

Environ deux minutes après que les parents et Sylvain sont partis faire la promenade, j’invente un nouveau jeu. Le but du jeu est de rattraper la balle de soccer avant qu’elle ne touche l’eau. La règle du jeu est simple : on n’a pas le droit de courir pour rattraper la balle avant qu’elle soit tout en bas de la pente. Voici comment on procède : on se met tout en haut de la dune avec la balle et on donne un bon coup de pied dedans, on attend qu’elle soit tout en bas de la pente et on court la rattraper avant qu’elle ne touche l’eau.

10 janvier

Hier nous avons fait une traversée, tout comme on est en train d’en faire une. Bon, revenons à hier. Donc, hier, il y avait eu une grosse vague pendant la traversée. Elle avait des remous, et elle allait casser, mais, le Chantemer étant juste devant, la vague s’est cassée sur le pont du bateau! Bang! heureusement, rien n’a été emporté par la vague en retirant.

Ce matin, maman nous a fait faire un pari que je trouvais stupide. Il fallait deviner le nombre de poissons qu’on allait pêcher. Maman pensait 5 poissons, Sylvain tout comme moi, pensait 3 poissons et papa (« Enfin... », soupire-t-il) pensait 2. C’est lui qui a gagné!

13 janvier

Depuis plusieurs jours, je me réveille très tôt le matin et je dors très mal. Cette nuit, je me suis réveillé à cinq heures, hier c’était à quatre heures et avant-hier c’était à une heure. J’en ai parlé à maman et elle me dit que c’est parce que je ne fais pas assez d’exercice. Elle va voir ce qu’elle va voir! Grrr!

15 janvier

Je me réveille et je lis, la routine quoi. Là, Sylvain me fait remarquer que le vent a changé de direction. Les parents se réveillent et il le remarque aussi alors ils prennent de l’essence et nous partons vers Puerto-Rico avec une journée d’avance. Oh non...

Janvier 2015 : Puerto Rico (USA)

15, 16 et 17 janvier

15 : Première journée de traversée.
Nous attrapons seulement un barracuda.

16 : Deuxième journée de traversée.
Nous n’attrapons aucun poisson. Dommage.

17 : Troisième journée de traversée.
Dzzzz fais la canne à pêche. Le poisson saute. « Un mahimahi! » m’écriè-je. On réussit à le monter malgré sa grosseur. Il pesait au moins vingt kilos et il était grand comme moi. Incroyable!

20 janvier

Après vingt minutes à tourner en rond pour trouver ou se garer, papa choisit un stationnement payant. Après ça, nous allons à la place principale. Elle est rectangulaire et elle est remplie de statues portant des lampes miniatures. Au centre de la place, il y a une immense fontaine avec une grosse statue dessus. Soudain, je remarque qu’il y a beaucoup de pigeons un peu partout. Je demande à maman si je peux leur courir après, et elle me répond oui!

22 janvier

Maman a dit que je pourrais faire de la tablette quand j’aurais rattrapé mon retard. Vite! Je cours vers ma chambre pour chercher ma montre : 1.20. Ça veut dire que nous sommes le vingt-deuxième jour du premier mois. La dernière fois que j’ai fait les devoirs, c’était le 19, mais je ne les avais pas finis alors ça fait... 4 jours. Je le dis à maman et elle me répond, en riant, que le retard c’est la journée du 19, et qu’aujourd’hui, nous faisons l’école du 20. Ouf...

25 janvier

Nous sommes en route pour un supermarché à un ou deux kilomètres. Nous voilà arrivés. Nous achetons plein de trucs et... une baguette pour ce soir! Avant de partir, Sylvain et moi achetons un popsicle avec plein de couleurs. J’espère qu’à l’intérieur d’une couleur, il y a une autre couleur. Eh oui! quand nous avons fini notre collation gelée, nous remarquons que la couleur rouge a fondu et nous avons l’impression que notre main a éclaté.

27 janvier

Ça y est! Nous sommes à la dernière journée de la deuxième étape, alors jusqu’à lundi prochain, nous n’aurons pas de devoirs! Enfin un congé scolaire. En plus, hier j’ai vu un magnifique colibri vert de très proche.

Février 2015 : Puerto Rico (USA)

1er février

Sylvain va faire du kayak et papa le suit à la nage. Ça me donne envie de me baigner moi aussi quand ils reviendront. Je mets mon maillot et j’attends qu’ils soient assez proches pour sauter dans l’eau. Peu après, maman nous rejoint et Sylvain et moi nous nous amusons à sauter des marches, à atterrir sur le kayak et à surfer. Quelle aventure!

2 février

Nous allons aller faire une promenade en annexe, mais Sylvain et moi pouvons nous faire tirer sur le kayak. Par contre, seulement un à la fois... C’est nul, nous n’allons pas assez vite. Et... les vagues de la motomarine! Ah! J’ai traversé la troisième vague. Brrr, l’eau est fraiche.

3 février

Papa nous demande si nous voulons faire une promenade en annexe et moi je lui demande si nous pouvons faire du kayak-surf. Il me demande ce que c’est et je lui réponds que c’est quand il nous tire avec l’annexe quand nous sommes sur le kayak. Il dit « oui » et moi je lui réponds « nous allons bien nous amuser ».

6 février

Nous voyons de l’eau (presque) claire comme de l’eau de source. Maman prépare le diner. Elle ouvre une boite de pâte, regarde dedans et la jette à l’eau. « Que ce que tu fais? » demandai-je. Il y avait des charançons. Qu’est-ce que c’est des charançons? Des petites bibites qui ressemblent à des cafards. Ah, O.K.

Le 7 lévrier (février)

Après une journée de marche et trois-mille arrêts (j’exagère un peu trop), nous - papa, Sylvain et moi (nous avons abandonné maman, hé hé hé) - prenons un petit sentier de trente-mille mètres, heu non... de trente centimètres de large et nous arrivons à une mini baie avec des falaises. Au milieu de la baie, il y a une pyramide de pierre. Sur la pyramide, il y a une personne qui est surement arrivée là par l’arche de pierre.

9 février

Nous venons d’ancrer dans la baie phosphorescente (je ne sais même pas ce que ça veut dire, c’est maman qui m’a donné ce mot). Nous devons attendre la nuit pour voir le plancton fluorescent (ah, c’est pour ça que la baie porte ce nom!). Au coucher du soleil, un bateau de touristes plongeurs vient s’ancrer à côté de nous. La nuit est venue, les plongeurs sautent à l’eau et nous (toute la famille), nous commençons notre promenade en annexe dans le noir. Nous (Sylvain et moi) mettons notre pied dans l’eau et le trait lumineux se montre.

10 février

Je demande à papa si nous pouvons faire du wake (une planche de kitesurf tirée par l’annexe) et il me répond oui. Après plusieurs essais, dont un réussi (mais très peu longtemps), Sylvain dit s’il veut aussi faire du wake et je lui cède ma place avec plaisir. Il a réussi beaucoup longtemps plus que moi et, quand il revient, papa lui dit qu’il s’est très bien accroupi pour se mettre debout et que c’est grâce à ça qu’il a réussi. J’ai essayé de faire comme lui et ça a marché.

11 février

C’est le paradis, depuis une semaine nous pouvons faire de la tablette et regarder des films quand nous voulons, nous ne faisons plus les devoirs, nous mangeons ce que nous voulons et ce sont les parents qui nous les font. Nous nous couchons quand nous voulons et ils achètent ce que nous voulons. Dommage que ce soit juste une blague...

12 février

En revenant d’une promenade en annexe, nous voyons deux annexes de 15 chevaux et une barque de 60 chevaux pousser un pauvre bateau coincé dans le sable. Papa se dépêche de les aider, maman grimpe sur le bateau et papa va pousser le bateau pendant que la barque tire sur le mât. J’ai oublié de dire que nous étions sur notre bateau, Sylvain et moi, alors pendant que la barque tirait le mât, le bateau penchait dangereusement, mais nous avons réussi à déloger le bateau.

15 février

J’ai envie de raconter quelque chose, qui ne se voit pas, pourtant il est très grand. Il ne s’entend pas, pourtant il fait beaucoup de bruit. Nous ne pouvons pas le toucher, pourtant nous l’avons dans les mains. Ce quelque chose dont je vous parle depuis tout à l’heure, c’est l’air.

16 février

J’ai une devinette pour vous.
Une énigme inventée pour le public lecteur.
Par contre, il faut être à l’heure
pour ne pas manquer le rendez-vous.
Une blague pour rire,
mais elle peut pourrir.

Alors, chers amis,
ouvrez grand vos oreilles
et regardez cet appareil
qui met bien les points sur les « i »
pour lire ma devinette
coquette.

1 — Je suis bleu avec de très petites lignes blanches.
2 — Je suis utile quand il fait soleil.
3 — On peut me mettre dans les champs et sur les bateaux.
4 — Je peux être tout petit ou très grand.
5 — Je suis plat.
6 — Je suis aussi sur les maisons
7 — Les naturalistes m’aiment.
8 — Dans le futur, je serais partout.
9 — Mon cousin éloigné est l’éolienne.
10 — Je fais de l’électricité.

Qui suis-je?

19 fées vrillées

Nous allons à la marina tous ensemble, nous et nos amis, pour faire les courses. Nous louons des voitures et nous allons à Wal-Mart. Sylvain et moi nous allons aux rayons des jeux et, ensuite, Manu et Thierry s’en vont. Sylvain et Cassiane partent à leur tout et moi je cours pour les retrouver. C’est une vraie partie de cache-cache à travers tout le magasin.

21 février

Papa a dit que nous devons dire, ou plutôt écrire, à ceux qui lisent le carnet de bord, la fiche descriptive de nos amis. Ils ont un bateau, leMarama. 3 enfants : Thierry, 12 ans, Cassiane, 10 ans et Manuel (Manu), 7 ans. 2 adultes : père, Jonathan, âge? Mère, Mélanie, âge?

24 février

Beaucoup de vagues, mais l’ancrage réussit. Nous sommes à côté d’une ile avec 500 singes. Maman dit que ce sont des singes verts et papa dit qu’ils ont la taille d’un ouistiti. Nous y allons en kayak : Sylvain sur le kayak gonflable, maman sur son kayak, moi derrière maman, sur son kayak, et papa à la nage. Arrivés à l’ile, nous, les kayakistes, vont « vert » le quai pour voir les singes « vers ». La première minute où nous regardons, nous ne voyons rien puis un singe court entre les arbres et s’enfuit. Je remarque tout de suite qu’ils ne sont pas verts, mais bruns, et qu’ils ont la taille d’un singe-araignée. Bref, après celui-là nous en avons vus se gratter, manger et même faire l’amour.

26 février

Je suis en train de lire le quatrième Harry Potter. J’ai sauté le deuxième parce que Sylvain le lisait et il était trop lent. Il me reste un ou deux mois pour lire toute la série. Après ça, je devrai relire tous les livres de notre minuscule bibliothèque. J’en ai marre de relire tous les livres. S’il vous plait, et je suis sincère, faites-moi parvenir des livres numériques. Merci.

27 février

Pendant que j’essaye de rattraper mon retard pour l'école, Sylvain et papa pêchent et ils en ont déjà attrapé trois. J’écris mes verbes après avoir fait les multiplications et divisions, et je termine mes phrases. Vite! Il est midi et Maman fait le repas. Ouf! J’ai terminé. Je demande à papa si moi aussi je peux pêcher. Sylvain dit qu’il veut en attraper un autre et moi je lui demande : « Combien en as tu en attrapé? » et il me répond : « Seulement sept. » je prends la canne à pêche avant que mon frère ne la prenne. Je jette une poignée de jambon et... aucun pour cette fois. Je recommence la même chose et cette fois-ci j’en ai un. En toute hâte, je remonte la canne à pêche et le poisson atterrit sur l’autre canne à pêche et moi, ma première réaction c’est de crier « Youpi!!! »

Mars 2015 : Puerto Rico (USA)

2 mars

Nous venons d’accoster aux deux quais pour monter le bateau. Les employés de la marina nous demandent de sortir du bateau, car il y a un risque qu’il tombe. Ils l’emmènent à l’autre bout de la marina et nous, nous devons marcher en plein soleil. Ça y est, ils ont mis le bateau sur des blocs de bois et sur des barres de métal. Je monte sur le bateau et j’ai l’impression que je flotte en apesanteur.

3 mars

J’ai hâte à demain et je sais pourquoi. Aujourd’hui, nous allons surement faire les courses (pour acheter à manger, pas pour courir). Après demain, nous allons surement visiter San Juan, la capitale de Puerto Rico. Après ces jours, je ne sais pas ce qui va se passer. J’ai hâte à demain, car c’est la fête à Sylvain et il y aura du gâteau.

4 mars

Ça y est, c’est la fête à Sylvain et il a choisi son diner : lasagne au poulet, crevettes sur biscuits et gâteau au chocolat en dessert. Moi je sais déjà quel cadeau je vais lui donner : il prend le toutou de son choix pendant une semaine. Mon ventre grogne d’impatience, j’ai hâte à ce soir.
...
Ça y est (pourquoi est-ce que je dis toujours « ça y est »?), nous allons manger les crevettes (je me suis toujours demandé pourquoi on ne les appelle pas les « crevertes ») sur biscuit. Elles sont dans ma main ET s’approchent de ma bouche. Tout le monde croque dedans et trois « c’est délicieux » fusent vers maman. Si la lasagne était meilleure que ça, maman serait la meilleure cuisinière au monde.

7 mars

« “The rain forest” savez-vous ce que ça veut dire? », nous demande maman. « Ça veut dire “la forêt de la pluie” », dit tout de suite Sylvain. « Eh », dis-je, « mais tu avais dit “wain forest” alors je n’avais rien compris.
– Nous allons par ce chemin.
 », dit papa. « Oh, une cascade! », dis-je après plusieurs minutes de marche, « Est-ce que nous pouvons nous baigner?
— oui
 », me répond papa. « Youpi! »

9 mars

Les mathématiques, toujours les mathématiques. 100/5=20,
90x5=450, 1562+4325=5887,10 000-9 000=1 000. Vous voyez, ça sert les mathématiques! Je vais vous donner un calcul à faire, le voici : 9 012 746 358 x 7 842 390 666 est égale à combien? Envoyez-moi la réponse à : Gaetan@chantemer.net

11 mars

Il pleut, il ne pleut plus, il pleut, il ne pleut plus, il pleut, il ne pleut plus. Je ne comprends plus le temps. Nous devons faire les devoirs tout seuls et tout est à l’envers. Nous jouons à ranger les Legos avant de faire les devoirs. Nous mangeons juste quand maman revient et ce n’est pas une blague.

13 mars

Hier, nous avons quitté la marina pour revenir à Los Palominos. Demain, nous reviendrons à la marina (pour chercher Malika) pour re-revenir à Los Palominos pour aller ensuite à Cudebra (et je parie qu’après ça nous reviendrions à la marina). Avec Malika, j’aurais envie de faire une partie géante d’échec (vraiment géante), repêcher des carangues, lui montrer où je suis rendu dans Zelda « The Minish Cap » et nager avec elle. J’aimerais aussi réussir à finir mes trois journées d’école avant midi, car après je ne pourrai plus faire l’école.

20 mars

Papa crie : « Regardez, il y a des baleines! » Tout le monde se précipite devant le bateau, au risque de tomber. Une baleine monte à la surface et crache son jet d’eau. Toute la famille crie en cœur : « WOW!!! » Je cours chercher le livre des poissons et je regarde quelle baleine c’est. « C’est une baleine à bosse », dis-je aux autres.


23 mars

Au début de son carnet de bord, Sylvain avait écrit n’importe quoi et ça m’a inspiré. Je vois déjà le titre écrit en grand : Le langage extraterrestre. « `^ns.ja » veut dire « Je dis » ou « Jeudi » et « ¸hsméag;`s » veut dire « Bonjour ». Il y a beaucoup d’autres mots, mais je ne peux pas tous les écrire.

24 mars

Nous sommes allés à la plage en famille. Pendant que je faisais deux trous dans le sable pour mettre mes jambes, Sylvain arrive et fait un trou profond dans lequel il met de l’eau. Miracle! Sylvain a creusé tellement profond que l’eau est restée. Moi aussi j’en fais un et nous faisons plein de tours avec le sable mouillé.

27 mars

Je me réveille, je lis puis nous déjeunons. La routine quoi. Ensuite, nous allons sur l’annexe. Slpaouch! Une grosse vague vient de se fracasser sur l’annexe en mouillant maman, Sylvain et moi. Papa rentre dans l’annexe, nous nous détachons et commençons à avancer vers le quai. Nous allons d’un bord, mais ce n’est pas assez profond. Alors nous allons de l’autre bord du quai, qui est assez profond. Ensuite, nous nous accrochons. Nous commençons à marcher. Nous passons devant « l’école écologique » qui a plein de panneaux solaires, passons devant le parc, qui est toujours fermé, allons chez le premier loueur de voitures. Personne. Il n’y a personne. Nous allons chez le deuxième loueur de voitures, qui est un peu plus loin, en face de l’aéroport. Il y a le loueur, mais il nous explique que toutes les voitures sont louées. Nous allons chez le dernier loueur de voitures, qui lui, au moins, avait encore des voitures. Nous en louons une et commençons à visiter l’ile. Nous montons une pente qui ne mène à rien et nous repartons en sens inverse.

Après plusieurs dizaines de minutes de route, nous arrivons à une très longue plage. Nous posons nos affaires et moi je cours à l’eau. Quand je pose mon pied dans l’eau, je sens une douleur fulgurante au pied. Des roches! Il y a des roches!!! Je saute hors de l’eau. Je cours crier à papa et maman : « IL Y A DES ROCHES! » Maman va vérifier en posant son pied dans l’eau. Elle revient dire à papa qu’il y a vraiment des roches et nous repartons sans même nous baigner.

Après une éternité de pentes et de montées extrêmes, nous arrivâmes à Flamingo Beach. J’ai oublié de préciser que nous avons pris des croustilles « Pringles » au jambon. Comme tous les paquets de croustilles, ils sont saupoudrés de poudre de toutes les saveurs : jambon, pizza, cheddar, BBQ, crème sure et ognon, sauce chili extra fort, etc.

À l’entrée de Flamingo Beach. Nous constatons avec plaisir que l’entrée n’est pas payante. Trente secondes de route et nous sommes stationnés. C’est vraiment le meilleur endroit du monde. Re trente secondes, de marche cette fois-ci, et nous trouvons une table à piquenique. Super! J’ai tellement faim. Nous ouvrons nos sacs à dos, sortons nos sandwichs, sortons les carottes et les tomates, déballons les sandwichs et commençons à manger. Super! Il fait tellement chaud que le fromage de mon sandwich à fondu. Mmmmmh. C’est tellement bon. Après le délicieux repas, nous courons à la plage, car l’entrée et juste à côté de nous. Nous posons les affaires et Sylvain et moi nous courons à l’eau. En plein milieu de la plage, nous faisons demi-tour, car Sylvain avait oublié d’enlever son chandail. Avec les grosses vagues et mon masque, je déclare que cette plage à un grand succès.

En revenant, les parents se sont baignés à une autre plage et ils nous ont dit que c’était nul. Ensuite, nous faisons une longue route et maman dit à papa qu’avec une jeep nous aurions pu aller n’importe où et que c’est pour ça que les loueurs de voitures en louent autant. Ensuite, nous sommes allés au supermarché. Nous avons acheté des trucs comme des œufs et des glaces. Quand nous en sommes sortis, nous commençons à manger nos glaces. La mienne était délicieuse. J’ai adoré cette journée.